Résumé

Les Cahiers Inter-Universitaires d’Etudes et de Recherche-Actions pour le Développement de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (CIERAD-ACP) est un projet scientifique internatio-nal de la Société Savante Cheikh Anta Diop / SS-CAD (Université de Douala-Cameroun). L’objectif de ce projet reposant sur les collaborations Sud / Sud et Nord / Sud, est de promouvoir l’actualisation et la densification des connaissances scientifiques et techniques sur les dynamiques sociétales et écologiques dans les ACP. Car, les corpus des savoirs scientifiques et techniques existants sur ces dynamiques hétérogènes et complexes souffrent d’insuffisances quantitatives et qualitatives, puis d’un vieillissement liées à un faible taux de renouvellement. Cette réalité compromet substantiellement la contribution desdits corpus au processus de développement des ACP. Pour ce faire, la politique générale des CIERAD-ACP, une transformation de la Collection Etudes et Recherche-Actions pour le Développement de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (CERAD-ACP) créée en 2015, est de promouvoir le panafricanisme scientifique qui passe par la participation actives des chercheurs séniors et juniors tant du Sud que du Nord, au développement des ACP. Il s’agit donc d’une plate-forme pluridisciplinaire et transdisciplinaire de restitution des résultats de recherches originales relevant des expériences de terrain, des réflexions théoriques et des innovations associées, aptes à éclairer la prise de décisions politiques. Cette initiative s’inscrit dès lors dans une dynamique de renforcement des cadres institutionnels et programmatiques, puis d’amélioration des capacités tant planificatrices que managériales des pays en développement dans tous les domaines. Cette vision stratégico-résiliente a permis à l’initiative de faire l’objet d’un large consensus et d’enregistrer l’adhésion des chercheurs d’une vingtaine de pays du Sud et du Nord. Le présent Volume Thématique s’inscrit dans cette vision. Simple patchwork de publications hétéroclites en apparence, il sert pourtant d’hologramme de territoire mental à un ensemble d’intellectuels aux accents panafricanistes, et ayant en partage le désir d’affranchir les ACP de la servitude des schèmes discursifs classiques sur le développement. Aussi, vent debout contre la pensée unique et simplifiante, les contributeurs se livrent à un exercice de fertilisation croisée des connaissances scientifiques transdisciplinaires destinées à éclairer l’arrimage de leur espace géographico-culturel d’appartenance à la pensée plurielle et complexe qu’exige une intégration réussie dans le vortex de la mondialisation. Soucieux de croissance économique, de modernisation démocratique autant que de droits de l’homme, attachés à l’éthique, à la durabilité, à l’humanitariat et à l’ékistique, les contributions démontrent à suffisance que les dispositifs et mécanismes de production/contre-production du développement dans les ACP constituent, plus que jamais, leur terreau de Recherche-Action en ce début du XXIe siècle. Pour l’Homme de Sciences, ce terreau n’est autre que l’anthropiscence, en tant que quintessence conceptuelle la plus stimulante de l’arrière fond idéel, des signatures socioéconomiques et ethnoculturelles, puis des matrices de potentialités et de capabilités d’une société à produire et/ou à contre-produire des transformations socio-spatiales positives débouchant sur le développement. L’anthropiscence, innovation heuristique majeure de ce numéro des CIERAD-ACP, se profile dès lors comme ce que l’utopie de l’agencement parfait est à l’aménagement du territoire, la conscience à la phénoménologie, la modernisation réflexive à la société de vulnérabilité, le fantasme à l’amour : tout simplement, le rêve têtu d’Aimé Césaire, l’énergie de ressaisissement.

Auteurs

Martin FOUDA est un universitaire camerounais (Univ. de Douala) titulaire d’un Doctorat de l’Université de Caen-Basse Normandie et Professeur invité de cette Université de 2000-2007 sans discontinuer. Depuis mars 2014, il est Chef de Division de la promotion et de l’Appui à l’innovation au MINRESI du Cameroun. A été élu au conseil Intergouvernemental des services climatologiques de l’OMM à Génève. Depuis septembre 2016, il est accrédité Formateur Régional de l’Initiative des Centres d’Excellence NRBC (Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique) de l’Union Européenne sur tous les pays de la Façade Atlantique Africaine (FAA). Membre de plusieurs groupes de recherche, laboratoires et sociétés savantes, elle est auteure et co-auteure de plusieurs publications scientifiques.

Marie Louise BA’ANA ETOUNDI est une universitaire camerounaise (Univ. de Douala) titulaire d’un Doctorat de l’Université de Paris IV Sorbonne. Elle travaille sur les questions d’urbanisation, d’aménagement et de développement, et de stratégie d’adaptation au développement durable. Membre de plusieurs groupes de recherche, laboratoires et sociétés savantes, elle est auteure et co-auteure de plusieurs publications scientifiques.

Détails du livre

Titre : Le développement des ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) à l’épreuve de l’« anthropiscence »
Directeur scientifique : Martin FOUDA et Marie Louise BA’ANA ETOUNDI
Editeur : Editions Cheikh Anta Diop
Collection : Interuniversity Journal of Studies and Action-Researches for the Development of Africa, Caribbean and Pacific (ACP)
ISBN : 978-9956-657-41-7
Nombre de pages : 628
Dimension : 26 X 39,5 cm
Date de publication : 12 Septembre 2018
Prix : Afrique : 40 000 F.cfa / 45 € - Hors Afrique : 39 960 F.cfa / 60 €
Commander l’ouvrage

Livres similaires


Contactez nous

Newsletter

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités
© 2018 Edi-Cad. All Rights Reserved

Chercher un livre