Résumé

L’encadrement est d’abord un soin à l’encadré avant d’être un soin à la démarche de recherche. La question qu’on se pose, et à laquelle les contributions ici rassemblées n’ont pas proposées de réponse est de savoir : faut-il d’abord soigner la relation d’encadrement avant de prendre soin de la relation épistémologique ? Il n’est pas exclu, et c’est le risque que nous prenons ici, que soigner la relation d’encadrement c’est fournir à l’encadré les conditions optimales de réussite, et à l’encadreur une opportunité de développement personnel et professionnel. Dès lors, un encadrement qui déboucherait sur l’abandon des études supérieures par l’étudiant devrait susciter, chez l’enseignant, un sentiment professionnel contrarié, car un travail d’encadrement perfectible est aussi une source de développement de soi et de promotion de l’achèvement de la thèse ou du mémoire. Les contributeurs ont su composer avec les « déconvenues de terrain », puisqu’ils n’ont rien laissé, oublié ou caché, même si cela pourrait déteindre leur comportement et donner d’eux une mauvaise image. Ils ont rendu compte des antagonismes observés entre encadreurs-encadrés et encadreurs-encadrés-institutions, les dérèglements et conflits relationnels, les insuffisances des étudiants et de certains encadreurs. Ils ont fait fi des menaces de fichage qui sont légion en milieux universitaires africains, en refusant de se corrompre l’esprit, en présentant les faits tels qu’ils les ont découverts sur le terrain. De même, certains encadreurs ont présenté trivialement les problèmes d’encadrement auxquels ils faisaient face, en avouant des faiblesses sans se soucier du fait des conséquences qu’un tel aveu peut engendrer en termes d’image décevante d’eux, ou encore d’apparaître sous un jour défavorable, comme un encadreur sans qualité ou incompétent.

L'auteur

WAMBA André est anthropologue (Ph.D, Université de Montréal, Québec, Canada) et éducateur (Ph.D, Université de Genève, Suisse). Il s’intéresse à l’éducation à la santé et à l’anthropologie des soins. Il enseigne la méthodologie de recherche à l’ENS de Yaoundé.

DJEUMENI TCHAMABE Marceline est Docteur en sciences de l’éducation (Université Sorbonne, France). Chargé de cours à l’ENS de Yaoundé, elle enseigne les dispositifs de formation présentiel et à distance.

MAINGARI Daouda est Docteur en sciences de l'éducation. Il a été conseillé culturel à l'ambassade du Cameroun en Belgique. Il enseigne la psychologie de l’éducation. Il s’intéresse à la professionnalisation des enseignements

MBALA ZÉ Barnabé est Docteur en sciences du langage (Université Jules Verne, Amiens). D’abord doyen de la Faculté des sciences de l'éducation (FSE), il est actuellement Directeur de l’école normale de l'ENS de Yaoundé.



Détails du livre

Titre :

L’encadrement de la recherche en milieux universitaires
Ethnographie des conceptions d’encadrement des thèses et mémoires

Auteur : WAMBA André, DJEUMENI TCHAMABE Marceline, MAINGARI Daouda, MBALA ZÉ Barnabé
Editeur : Editions Cheikh Anta Diop
Collection : Epistémologie des Sciences et Méthodologie de la Recherche
ISBN : 987-9956-657-70-6
Nombre de pages : 442
Dimensions : 16 X 24 cm
Date de publication : 12 Septembre 2019
Prix : Afrique : 30 € / 19 680 F.cfa - Hors Afrique : 33 € / 22 000 F.cfa
Commander l’ouvrage

Livres similaires


Contactez nous

Newsletter

Abonnez vous à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités
© 2019 Edi-Cad. All Rights Reserved

Chercher un livre